La question environnementale est bien trop importante pour la gérer « au fil de l’eau », « au quotidien » comme l’a déclaré à l’hebdomadaire Le Point, Claude Olive.

Et d’ailleurs, pour reprendre son expression, quel est ce « quotidien » qui a été suivi par cet élu multicarte pour faire de l’écologie à Anglet, sans programme bien défini ?
L’intuition ?
La contribution de ses multiples mentors dont la sensibilité écologique ne nous a jamais frappés ?
Le sens du vent et l’opportunité ?
Enfin, je n’oserai pas citer la cueillette de fruits semés par d’autres comme le bio dans les écoles ou le Zéro phyto bien opportuns et montés en épingle par son service de communication dans le cadre d’un « green washing » forcené de fin de mandat.

Que dire des grandes réalisations du maire actuel, écologue bien connu

  • La poursuite de la gestion du littoral angloy sur le modèle d’un grand bac à sable pour touristes mal informés se baignant dans des eaux bien douteuses, en tout cas bien mousseuses,
  • L’abandon de la compétence de la Maison de l’environnement Izadia sur tout le territoire angloy en la refermant dans le périmètre du Parc Izadia,
  • Ou enfin, pour terminer cette liste, hélas non exhaustive l’artificialisation de nos précieuses terres agricoles de Sutar pour y construire force parkings, fronton, salles municipales ou immeubles, alors que l’accès au cœur d’Anglet n’y est toujours pas réglé malgré un titre de Président des Mobilités…

Il va être difficile de masquer un bilan bien maigre à l’heure où tous, y compris les plus jeunes se saisissent de la question environnementale.

A « Vivement Anglet » nous pensons que l’environnement mérite une place beaucoup plus centrale.

Il doit revenir au-devant de la scène, être placé auprès du Maire et du DGS. Il en va de notre avenir commun et de celui de nos enfants. Il faut reconstituer un programme d’actions tous azimuts, élaboré dans la concertation, pour laquelle tous seront invités, sans exclusive, sans choix partisan préalable pour irriguer toute la politique municipale – communautaire si possible.
Comme je le disais, ces 6 dernières années ont été perdues pour l’environnement à Anglet. La démarche Agenda 21 qui devait se poursuivre jusqu’en 2015 a été abandonnée dès 2014 malgré une adjointe diaphane en charge de ce dossier, plus préoccupée par sa carrière nationale que par le sujet et le remerciement concomitant de la chargée de mission.

Nombre de projets ont été laissés « en plan ». Ils ont été votés en 2011, nous allons les reprendre. Je citerai, sans être exhaustif :

  • L’extension du « bio » et du local dans les écoles ou les centres aérés pour nos enfants, dans les maisons de retraite publiques pour nos ainés. Ils méritent toute notre protection.
  • La renaturation de nos espaces de vie, la préservation des terres agricoles, si riches à Anglet ou celle des nappes phréatiques.
  • Je citerai enfin la réduction énergétique du patrimoine municipal ou le développement des déplacements doux.

Hélas, depuis 2014 d’autres très graves problèmes se sont faits jour :

  • L’identification de la pollution chimique diffuse avec notamment la crise des pesticides, celle des perturbateurs endocriniens ou celle des plastiques,
  • L’effondrement de la biodiversité ou un réchauffement climatique qui s’accélèrent fortement avec les accidents météorologiques annoncés et le cortège de crises sanitaires annoncées.
  • Tous ces sujets doivent être mis sur la table et débattus afin d’identifier ensemble les leviers d’action de la ville ou de l’agglomération. Un temps précieux a été perdu. Il est urgent de réagir.

Notre collectivité ne peut pas poursuivre comme si de rien n’était. Il faut recenser collectivement les problèmes et préparer la résilience de notre commune et de ses habitants.

Pour mener à bien un tel projet très ambitieux, il nous faut un Maire convaincu, usager lui-même de notre territoire, entouré par une équipe soudée et qui se consacre à sa commune. Notre territoire est exceptionnel et ses 40 000 habitants le méritent !

RSS
Twitter
Visit Us
Instagram