Chères Angloyes, chers Angloys,

       les 15 et 22 mars, lors des élections municipales, il vous reviendra de choisir l’équipe qui va gérer les affaires municipales pour les six prochaines années et préparer le futur d’Anglet. Angloye et élue dans notre ville depuis 2014, Vice-Présidente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine depuis 2016, je suis pour la première fois candidate à la tête d’une liste de renouvellement, qui vous propose de changer d’approche dans la politique municipale.

Changer d’approche, c’est d’abord considérer qu’être maire d’une ville de 40 000 habitants, c’est un travail à plein temps. Si vous m’élisez maire en mars prochain, j’abandonnerai donc ma vice-présidence au Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, pour me consacrer à notre ville. En me concentrant sur le seul mandat de maire, je m’engage à être proche de vous, et disponible pour vous rencontrer et vous écouter. Je m’emploierai chaque jour à faire avancer les dossiers municipaux, en donnant la priorité à l’action plutôt qu’à la communication.

L’équipe que j’ai l’honneur de conduire est constituée de femmes et d’hommes de gauche et aussi de sensibilités diverses sans étiquette investis dans la vie associative. Nous prendrons toutes les décisions après une véritable concertation entre citoyens et élus municipaux. Nos décisions seront enrichies par vos propositions, éclairées par vos avis, et partagées avec tous. Elles s’inscriront dans une vision à long terme qui brille par son absence depuis six ans à Anglet. Chacun perçoit bien que les dix prochaines années vont nous entraîner vers des bouleversements majeurs. Le changement climatique mais également l’accroissement des inégalités sociales et territoriales nécessiteront des innovations importantes dans la gestion municipale et intercommunale. Nous devons ensemble nous y préparer en mobilisant les intelligences citoyennes et celles du réseau associatif.

Anglet est la deuxième ville du Pays Basque. Elle se développe vite et possède beaucoup d’atouts qui la rendront demain encore plus attractive. Une ville soumise à de si fortes évolutions a besoin d’une politique qui anticipe, prévoit, et projette. Anglet doit choisir son avenir et ne plus le subir, en anticipant les transformations. C’est cette vision à long terme et l’innovation qui caractériseront notre action. Elle prendra en compte ces impératifs nouveaux : l’urgence écologique, le logement pour chacun et notamment pour les jeunes actifs et les familles. Les solidarités et le bien-vivre ensemble, le respect des cultures et des langues, la préservation de la qualité de vie et la promotion d’un développement plus responsable et durable seront nos références. C’est ce que nous vous proposons de mettre en place à partir de mars 2020.

Dans les semaines à venir, nous vous présenterons notre projet, élaboré avec vous et pour vous. Il est le fruit d’une démarche participative inédite à Anglet pour des élections municipales. Plusieurs dizaines d’Angloys, de tous horizons, y ont contribué, et ont proposé des réponses et des idées nouvelles. Elles remettront le collectif, l’intérêt général, l’éthique et la transparence au cœur de l’action publique locale.

Nous ne souhaitons pas nous inscrire dans une critique systématique et caricaturale, ni dans des postures politiciennes et partisanes. Nous répondrons aux attentes exprimées par les Angloys sur la vie quotidienne, les déplacements, le logement, les grands projets d’avenir, la solidarité, la jeunesse, la sécurité, la préservation de notre cadre de vie. Nous voulons inscrire Anglet comme une ville-phare de la transition écologique, qui maitrise son urbanisation et fait une part plus grande aux déplacements doux (piétons, vélos)

A 31 ans, je vis en location dans un petit appartement depuis près de 8 ans à Anglet. Je voudrais créer mon foyer familial à Anglet, mais cela semble aujourd’hui impossible. Ces grands promoteurs viennent bétonner la ville en faisant d’énormes profits avec leurs appartements à des prix exorbitants et inaccessibles pour nous les jeunes ; sans compter les résidences secondaires ouvertes seulement quelques semaines dans l’année. Je veux m’engager dans l’action municipale pour que vivre à Anglet, ma ville, ne soit pas qu’un simple rêve pour les jeunes familles angloyes.

Clément Saint Pé

ouvrier métallurgiste, 31 ans

Je souhaite m’engager pour la ville d’Anglet afin de lutter localement pour la sauvegarde du service public. A Anglet comme ailleurs les inégalités sont nombreuses et l’action municipale doit tendre vers plus de  ervice public, dernier rempart contre l’exclusion. En tant que jeune cheminot de 31 ans, je ne me sens pas privilégié. Je combats la réforme des retraites, voulue par le gouvernement et sa députée Florence LASSERRE-DAVID, qui détruira la solidarité inter-générationnelle, pilier de notre République.

Olivier Lachaud

cheminot, 31 ans

La démocratie locale participative ne saurait se limiter en des Conseils de quartier qui ne sont qu’un outil de propagande de la municipalité en place. Ils ne peuvent remplir leur mission qu’à la condition d’être totalement indépendants. Ils doivent pouvoir travailler de manière autonome, et proposer des projets en lien avec les services compétents de la Ville. Vivement Anglet a élaboré son projet à l’issue d’une véritable démarche participative, qui a donné la parole aux Angloys. Sandrine saura associer les habitants aux décisions qui concernent leur Ville et leur avenir !

Michel Couaillier

ancien Président du Tribunal de Grande Instance de Bayonne, 73 ans

La question de la mobilité ne peut plus relever du simple diagnostic dans une agglomération saturée voire asphyxiée. Chacun se trouve à la fois acteur et victime de cette situation. Il est urgent de prévoir enfin les aménagements nécessaires et légaux pour que notre ville soit adaptée aux déplacements doux (piétons, vélos) et sécurisés. Vivement Anglet entend proposer pour sa ville un plan global ambitieux afin de répondre concrètement à ce défi que constituent les mobilités douces.

Faridha Hadid

avocate, 55 ans

Sensible aux questions environnementales sur un plan privé et professionnel, je veux vivre en cohérence avec ces idées. En 2020 certains quartiers d’Anglet restent mal desservis par les transports en commun et sont malheureusement dépourvus de pistes cyclables ! Par ailleurs, je veux pouvoir regarder mes enfants surfer dans une eau de qualité tout au long de l’année ! Dans cette équipe, je peux réfléchir et travailler à une réelle transition écologique sur mon lieu de vie : Anglet !

Elise Wilbois

infirmière hospitalière, 41 ans

RSS
Twitter
Visit Us
Instagram